Système de santé

Le système de santé allemand n'est pas social - un rapport d'expérience

Le système de santé en Allemagne est cassé, enfin, du moins loin d'être sain et fonctionnel.

Je ne suis ni le premier ni le dernier à faire cette déclaration, mais récemment, j'ai vu directement les effets lorsque les gens sont abandonnés par le système social et de santé allemand. Mon billet de blog sur mon expérience.

Dans l'entreprise familiale, nous avons récemment repris une collaboratrice en mini-job à temps partiel, car ses performances de l'année dernière et les besoins pour les heures qu'elle effectue font que seul un emploi à temps partiel est possible, car il dépasserait sinon les heures du mini-job.

Jusqu'à présent, elle bénéficiait encore de Hartz IV, ou du Bürgergeld, comme on l'appellera à partir de 2023. Mais suite à un récent cas de maladie de son fils de 13 ans, le problème est apparu : elle était déjà assurée, mais n'avait pas encore reçu son salaire, car elle est employée le premier mois. L'agence pour l'emploi n'est plus compétente, elle ne reçoit donc plus de prestations sociales de l'agence.

Elle n'a pas non plus de permis de conduire ni de voiture, pendant qu'elle travaillait avec nous, elle nous a parlé de son fils, du pus dans l'oreille, une infection selon le médecin de famille, mais celui-ci ne voulait pas prescrire d'antibiotiques (remarque, les antibiotiques n'agissent que contre les infections bactériennes, pas contre les infections virales), au lieu de cela elle devrait aller chez l'oto-rhino-laryngologiste (ORL), mais dans les régions rurales, c'est plus facile à dire qu'à faire.

Dans les environs, il y a trois hôpitaux, dans celui de la ville où elle pourrait se rendre à pied, il y a bien un médecin ORL, mais il n'est ouvert que trois fois par semaine pendant quelques heures et ce jour-là, il n'y avait pas de consultation. A l'hôpital de la ville où nous venions de travailler, après un appel de ma part, on m'a seulement informé qu'il n'y avait pas d'ORL, quand j'ai demandé ce que je devais faire si je saignais de l'oreille ? L'infirmière m'a répondu qu'il fallait prendre un taxi ou le train pour aller dans la ville voisine, où l'hôpital était le seul dans le district à avoir un médecin ORL en permanence.

Le simple fait qu'un patient soit laissé seul avec un tel problème montre à quel point le système de santé est désolant, au lieu d'une aide, on a sérieusement proposé de prendre le train, donc de saigner de l'oreille et so.....

Nous avons alors appelé la caisse d'assurance maladie de la collaboratrice et décrit la situation, hôpital A, cabinet d'ORL déjà fermé et ouvert seulement 3 fois par semaine, hôpital B n'a pas d'ORL et l'hôpital C est à 50 km, la collaboratrice n'a pas de voiture, pas de permis de conduire, pas d'argent pour le taxi, l'enfant ne peut pas être transporté en train dans un tel état.

La réponse de la caisse-maladie : dans ce cas, on ne peut rien faire sans un Bon de transport pour l'admission à l'hôpitalAucun frais ne peut être pris en charge. Sans parler d'un transport de malades par ambulance.

Le médecin généraliste avait certes donné la priorité à une orientation vers un spécialiste, mais n'avait pas fourni de bon de transport à cet effet.

C'était vendredi, vers 12h10, le vendredi les cabinets médicaux ferment assez tôt, l'après-midi il est quasiment impossible de joindre le 99% des médecins. Avec de la chance, le médecin de famille est repassé au cabinet médical, après que nous ayons expliqué la situation, il a établi un bon de transport.

Notre collaboratrice, les larmes aux yeux, heureuse que cela ait marché, mais aussi inquiète pour son enfant, qui doit rester seul à l'hôpital à 50 km de là, hospitalisé pour le week-end.

Si toutes les ficelles avaient été cassées et que le médecin n'était pas revenu au cabinet, qu'il n'avait pas délivré de bon de transport, nous aurions pris le relais, ma mère, en tant que directrice, aurait emmené sa collaboratrice et l'enfant à l'hôpital parce que le système de santé avait échoué.

L'Allemagne est loin d'avoir un système de santé sain, de plus en plus de médecins partent à la retraite, les piliers qui permettent au système de fonctionner s'effondrent de plus en plus, on fait de plus en plus d'économies et il manque partout du personnel qualifié pour s'occuper des gens.

Si la collaboratrice avait attendu le week-end et que l'infection s'était propagée chez son fils, qui aurait assumé la responsabilité ? Probablement personne....

Publié par Petr Kirpeit

Tous les articles correspondent à mon opinion personnelle et sont rédigés en allemand. Afin de permettre aux lecteurs anglophones d'accéder aux articles, ceux-ci sont automatiquement traduits via DeepL. Les faits et les sources sont ajoutés dans la mesure du possible. En l'absence de preuves évidentes, l'article en question est considéré comme mon opinion personnelle au moment de sa publication. Cette opinion peut évoluer au fil du temps. Les amis, partenaires, entreprises et autres ne sont pas obligés de partager cette position.

Laisser un commentaire